Pour 51 centimes, elle dit à cette pauvre dame de laisser un article, le miracle qui s'est produit

Cette scène s'est produite en Allemagne, et ce qui s'est passé nous rappelle que malgré toute l'injuste, la méchanceté...toutes les mauvaises choses qui se propagent dans le monde, il y a toujours des personnes au grand cœur.
Dirk-Oliver Lange, un écrivain allemand manquait de café, il décide d'aller s'en procurer au supermarché, c'est là qu'il est tombé sur cette scène qu'il a relatée sur Facebook
Aujourd’hui au supermarché :
Je voulais seulement acheter du café car j’avais oublié de me faire une réserve. À la caisse, il y avait une vieille dame devant moi. Bien habillée, mais son visage portait clairement les stigmates que la vie avait laissés.
Les articles qu’elle posait sur le tapis roulant indiquaient qu’elle vivait seule. Un petit pain, un assortiment de charcuterie, une brique de lait et une barre chocolatée.
Quand est venu le moment de payer, la caissière lui a indiqué le montant à régler. “2,18 euros”, a dit la caissière. La vieille dame n’a pas pris son porte-monnaie mais elle a enfoncé sa main profondément dans la poche de son manteau et a ressorti une poignée pleine de pièces. La caissière a visiblement été ennuyée et les clients derrière moi commençaient à s’impatienter. La caissière a compté la monnaie et a dit, sur un ton énervé : “Il manque 51 centimes.” La vieille dame a répondu : “C’est tout ce que j’ai.” “Alors vous devez laisser un article,” a répliqué la caissière. La vieille dame a hésité, on pouvait voir qu’elle luttait intérieurement. Finalement, elle a décidé de laisser le chocolat.
Cette situation m’a brisé le cœur et j’ai indiqué à la caissière que je payerai la note pour elle. J’ai donné un billet de 50 euros en lui disant de rendre toute la monnaie à la vieille dame. Je la remercie beaucoup car elle a tout de suite compris et elle a régi en conséquence. Elle a calculé, rendu la monnaie avec les pièces que la vieille dame lui avait données auparavant et a dit : “Merci beaucoup, tout est en ordre comme cela.” Derrière moi régnait un silence de mort. Pour moi, il était important de ne pas embarrasser la vieille dame en lui donnant de l’argent directement. Je ne voulais pas qu’elle ait honte. Comme cela, elle a eu l’impression de pouvoir faire les courses comme elle en avait l’habitude auparavant.
La vieille dame m’a regardé, les yeux pleins de larmes et m’a demandé : “Vous êtes quelqu'un de bien. Puis-je vous prendre dans les bras juste une fois ?” Je lui ai répondu : “J’en serais ravi.” Elle a alors empaqueté ses courses et a quitté le supermarché, mais elle m’attendait devant les portes. Pour la première fois depuis notre rencontre, elle a souri et elle m’a encore remercié. Je lui ai demandé si elle accepterait de me faire une faveur. Elle m’a regardé, étonnée, et a dit : “Quel service puis-je vous rendre ?” “Retournez au supermarché, s’il vous plaît, et achetez tout ce que vous voulez. Ainsi, vous me rendrez heureux,” ai-je répondu. Elle a acquiescé et je lui ai souhaité une bonne journée. En partant, je l’ai vu retourner au supermarché. C’était un sentiment merveilleux.
En rentrant chez moi, j’ai fait mon café préféré du matin et j’ai repensé à cette rencontre. J’étais content d’avoir manqué de café. Car cela s’est transformé en quelque chose de très positif. Merci beaucoup, chère inconnue âgée.
Quelle journée magnifique !

Pour 51 centimes, elle dit à cette pauvre dame de laisser un article, le miracle qui s'est produit Pour 51 centimes, elle dit à cette pauvre dame de laisser un article, le miracle qui s'est produit Reviewed by Issaoui Moetez on 19:13:00 Rating: 5

Gallery

Fourni par Blogger.