La lettre ouverte d'une jeune maman à la fille en maillot de bain vert.

Jeune maman, auteure et illustratrice d’origine espagnole, Jessica Gomez est native de la ville de Gijon, située sur la côte des Asturies. Profitant de la plage avec ses deux jeunes enfants, elle a remarqué une jeune femme pas loin d’elle et lui a écrit une lettre ouverte, partagée sur Facebook, qui a été repartagée déjà plus de 150 000 fois ! « Je suis juste à côté, la dame allongée sur une serviette de plage, qui est venue avec son petit garçon et sa petite fille. J’aimerais tout d’abord te dire que je passe un moment agréable près de ton groupe d’amis et toi, j’apprécie cet instant où nos espaces se frôlent et où vos rires et discussions, ainsi que votre musique viennent envahir mon environnement. Tu sais, je me suis rendu compte que je ne savais plus à quel moment j’ai cessé d’être une jeune fille qui s’amuse sur la plage pour devenir la dame d’à côté, celle qui vient à la plage avec ses enfants plutôt que ses amis. Mais je t’écris parce que je voudrais te dire que je t’ai regardée, et je n’ai pu m’empêcher de te voir. Tu as été la dernière à te déshabiller, à retirer ton t-shirt, cachée, à l’arrière de ton groupe, comme si tu souhaitais que personne ne te voie. Je t’ai vue t’asseoir sur ta serviette de façon à cacher ton ventre. Tu replaçais une mèche de cheveux en inclinant la tête, sûrement pour ne pas changer de position. Je t’ai vue te lever pour aller te baigner, attendre ton amie, debout, exposée aux regards. Tu te cachais de tes bras. J’ai vu la panique dans ton regard, et t’éloigner de ton groupe en te faisant discrète. Je ne sais si tu avais honte de toi-même vis-à-vis de ton amie, qui prenait tout son temps pour te rejoindre et qui avait tout d’un ange de Victoria’s Secret. Tu semblais chercher à te cacher, à l’intérieur de toi-même. J’aimerais te dire, chère fille au maillot de bain vert, qu’avant d’être cette dame venant à la plage avec ses enfants, j’ai été à ta place. J’ai été assise sur ta serviette, comme sur celle de ton amie. J’ai été un peu toi et un peu elle. Maintenant, je ne suis ni l’une ni l’autre, ou au contraire, un peu des deux. Si je devais revenir en arrière, je préférerais profiter du moment présent, plutôt que de me préoccuper de laquelle de ces deux jeunes femmes je voudrais être. J’ai aussi vu le livre que tu avais emmené, et sache que peu importe le corps que tu as à 16 ans, il perdra de sa beauté, bien avant que tu ne perdes ce que tu as dans la tête. Ton sourire est adorable, c’est dommage que tu te caches plus que tu ne souris. Ton corps dont tu as honte est beau et respire la jeunesse, parce qu’il est vivant. Il est le véhicule de ton esprit, de ce que tu es, il t’accompagne partout pour faire ce que tu souhaites. J’aimerais que tu te voies avec les yeux d’une femme de 35 ans, tu te rendrais compte à quel point tu mérites d’être aimée, tant par les autres que toi-même. Un jour, la personne qui t’aimera pour qui tu es adorera ton corps, ses courbes, les petits creux, les lignes, les grains de beauté. Cette carte unique qui dessine tout ce que tu es. S’il ne t’aime pas ainsi, il ne méritera pas que toi tu l’aimes. Tu es parfaite telle que tu es. Mais je ne te dirai rien de tout ça, après tout, qui suis-je pour me le permettre, je ne suis que la dame assise à côté. Mais tout n’est pas perdu, je suis venue avec une petite fille, en maillot rose, celle qui joue dans la petite rivière et est complètement recouverte de sable. La seule chose qui la préoccupe, c’est si l’eau est froide. Je ne peux rien te dire à toi, jeune fille au maillot vert, mais à elle je lui dirai tout, comme je le dirai aussi à mon fils. »
La lettre ouverte d'une jeune maman à la fille en maillot de bain vert. La lettre ouverte d'une jeune maman à la fille en maillot de bain vert. Reviewed by IsS A Oui on 20:42:00 Rating: 5

Gallery

Fourni par Blogger.