Une femme se fait avorter pour ne pas avoir à porter sa fille décédée et révèle des photos chocs.

Lindsey Paradiso est une photographe professionnelle qui vit à Fredericksburg, en Virginie, avec son mari Matt. 

Le 19 octobre 2016, Lindsey a partagé son expérience après avoir subi un avortement tardif à 23 semaines de grossesse. 

« Je regardais le [troisième débat présidentiel] et quand j'ai entendu Trump dire que les avortements tardifs tuaient les bébés à neuf mois, je suis entrée dans une panique complète et j'ai commencé à sangloter parce que je ne pouvais pas croire ce que j'entendais. Alors je devais partager mon histoire et mettre les choses au clair », a déclaré Lindsey Paradiso à BuzzFeed Health.

L'histoire de Lindsey est devenue virale à l'époque. Elle est redevenue virale récemment après que l'État de la Virginie ait proposé une loi interdisant les avortements tardifs après la 20e semaine de grossesse. 

À 18 semaines, Lindsey a appris de son médecin que sa fille à naître, Omara, avait une bosse sur le cou. Une tumeur. 

« Le médecin nous a dit que c'était dans notre meilleur intérêt de mettre fin à la grossesse parce que sa mort était inévitable... mais nous ne voulions pas que notre bébé meurt... nous voulions donner à Omara la chance de se battre pour survivre », a écrit Lindsey sur son blogue. 

« Nous la voulions quoi qu'il arrive », a déclaré Lindsey. Matt et elle ont décidé d'attendre à la 27e semaine pour faire opérer Omara et lui donner les meilleures chances possibles. Lindsey savait qu'elle risquait de devenir infertile lors de la procédure pour sortir le bébé qui était comme un césarienne, mais plus risquée, elle savait que c'était ce qu'elle voulait. 


Mais trois semaines plus tard, Lindsey a appris lors d'une visite chez le médecin que ses pires craintes s'étaient réalisées. La taille de la tumeur avait triplé et elle se développait dans sa tête, sa poitrine, ses poumons et ses yeux. C'était inopérable. On dit qu'une image vaut mille mots... 

Lindsey a gardé espoir jusqu'à la dernière seconde, mais une fois la tumeur dans le cerveau, il ne restait plus rien à faire. 

Matt et Lindsey ont choisi une procédure qui consiste à injecter un liquide mortel pour tuer le bébé dans l'utérus et ensuite provoquer l'accouchement. 

Lindsey n'oubliera jamais ce moment quand elle a tenu sa fille décédée dans ses bras. 

Les images sont peut-être brutales pour certains, mais elles sont nécessaires pour éveiller les consciences.





Une femme se fait avorter pour ne pas avoir à porter sa fille décédée et révèle des photos chocs. Une femme se fait avorter pour ne pas avoir à porter sa fille décédée et révèle des photos chocs. Reviewed by IsS A Oui on 13:27:00 Rating: 5

Gallery

Fourni par Blogger.