About Me

header ads

ALERTE Les soldats français pourront ouvrir le feu lors de la prochaine mobilisation des Gilets jaunes

Le général Bruno Leray, gouverneur militaire de Paris, a admis sur les ondes de Franceinfo que les soldats qui seront mobilisés ce samedi pour contenir les Gilets jaunes et empêcher tout débordement auraient reçu l'autorisation d'ouvrir le feu.
Alors que les mobilisations des Gilets jaunes semblent prendre une tournure de plus en plus chaotique au fil des semaines, le gouvernement français a décidé de se donner les outils pour faire face à la musique et comme l'a expliqué Bruno Leray, les militaires qui seront dans l'Hexagone ont reçu "des consignes extrêmement rigoureuses et précises".
Questionné sur la nature des interventions pratiquées par les soldats, le général a expliqué: "Il leur arrive quotidiennement, ça ne fait évidemment pas la une, mais ils interviennent très régulièrement sur tout type d'incident de nature terroriste ou pas, puisqu'ils interviennent en assistance aux personnes qui sont, dans le cas échéant, agressées sur la voie publique. Donc, ils utilisent aussi bien leurs moyens physiques que leur capacité d'intervenir physiquement contre les agresseurs."
C'est à ce moment que l'animateur a interrompu le général afin de lui demander si ces mesures d'intervention pouvaient aller jusqu'à autoriser l'ouverture du feu.
À cet effet, le général a répliqué: "Les soldats ont différents moyens d'action pour faire face à toute menace. Cela peut aller jusqu'à l'ouverture du feu. (...) C'est arrivé par le passé. Des soldats ont été amenés à ouvrir le feu. Ils sont parfaitement à même d'apprécier la nature de la menace et d'y répondre de manière proportionnée."
Enfin, après avoir obtenu cette réponse, l'animateur a tenté de faire une synthèse de ses propos en expliquant qu'en résumé, les soldats avaient l'autorisation d'ouvrir le feu en cas de danger très grave. Le général a confirmé les propos de l'animateur en déclarant: "Si leur vie est menacée ou celle des personnes qu'ils défendent, effectivement."