About Me

header ads

Adopter un chat prolonge la vie : il combat la dépression et est bon pour le cœur.

Si quelqu'un ne s'est pas encore laissé séduire par sa sympathie et sa beauté, voici une bonne raison pour adopter un chat : selon une étude récente, les chats prolongent la vie de leurs maîtres. Et ce n'est pas tout.

La Fondation Iseni et le Centro Cuore Malpensa, du Groupe Iseni des Instituts de Santé et d'Hospitalisation, déclarent ceci : il y a un an, les fondateurs de ce projet lors de la campagne pour faciliter l'adoption de chiens chez les patients cardiaques dans le but d'augmenter leur espérance de vie ont montré qu'on obtient les mêmes résultats avec les chats - avec quelques avantages en plus.


Le principal bénéfice que l'on peut obtenir en etant en compagnie de chats concerne le domaine des troubles liés au stress, des troubles dépressifs, du syndrome anxiogène.

Le professeur Andrea Macchi, directeur du Centre de cardiologie et des Instituts d'hospitalisation et de traitement du Groupe Iseni Sanità de Lonate Pozzolo, explique les mécanismes de ce rapport bénéfique : "Le contact avec les poils de chat produit l'ocytocine, l'hormone du bonheur. Contrairement au chien, la difficulté du chat à faire confiance et à compter sur l'être humain stimule chez ce dernier la maîtrise de soi et l'engagement prolongé dans la relation avec l'animal. Le contact avec les poils de chat est également agréable et relaxant, et a un effet positif sur la fréquence cardiaque et la tension artérielle. Les ronronnements sont une réponse immédiate de l'attention portée à l'animal et détend de façon naturelle même le patient. Tout ceci produit donc d'énormes bénéfices cardiovasculaires, prolongeant et améliorant la vie de l'homme".

Les résultats de l'étude ont donc débouché sur une initiative similaire à celle des chiens : des protocoles avec les chats locaux ont été élaborés, invitant les patients atteints de maladies cardiovasculaires à adopter un chat. Les cardiologues du Centre expliqueront eux-mêmes les avantages aux patients d'une manière scientifique détaillée.

Une solution qui répond à un double objectif : "d'abord, bien sûr, prolonger la vie des malades, ensuite donner un foyer aux chats abandonnés, qui auront ainsi une famille et rendront toute l'affection qu'ils reçoivent en donnant des années de vie à ceux qui prennent soin d'eux", dit Andrea Macchi, qui, pour donner le bon exemple, a immédiatement accueilli un chat chez lui.

Inutile de dire que vous n'avez pas à souffrir de pathologies spécifiques pour accueillir un chaton chez vous : il vous récompensera de la même manière - et bien plus encore ;)