About Me

header ads

« Une maison ordonnée est une maison triste ».

Tout le monde ou presque soupire devant de superbes photos de maisons ultras bien décorées et rangées, dans les magazines ou sur le Web. Comment font ces gens pour arriver à garder de tels palais en ordre? Cela semble mission impossible et portant, presque tout le monde tente d’arriver à cet idéal…
Le professeur Mario Sergio Cortella est très connu dans le milieu des sciences de l’éducation, notamment au Brésil. Sa sagesse et ses recherches font de lui un invité très apprécié dans les émissions de télé et autres médiums traitant du thème délicat de l’éducation et de la psychologie appliquée.
Une des déclarations de cette sommité a  fait se questionner plusieurs personnes:
« Une maison ordonnée est une maison triste ». 
Mais que voulait dire exactement cet éducateur philosophe?
On se doute que sa déclaration ne fait pas l’éloge du désordre. Le manque de propreté dans une demeure ne peut que nuire à ces résidents.
Le professeur Cortella parle ici plutôt d’une tendance sociale; celle de tenter de manière obsessionnelle de toujours tout mettre en ordre et de tout améliorer tout le temps.
Les réseaux sociaux ne sont sûrement pas étrangers à ce phénomène… Les gens essaient tous de ressembler à un idéal et non à la réalité. Mais on a l’impression que tout le monde a une maison ou un appartement « intagrammable » en tout temps! Coussins judicieusement placés, objets décoratifs parfaitement choisis, cuisine étincelante. On dirait que tout doit toujours respirer l’esthétisme et la zénitude! 
Mais la vie, nous rappelle Cortella, ce n’est pas comme ça!
L’existence n’est pas parfaite; elle est constituée d’un tourbillon de hauts et de bas, de problèmes qui demandent des solutions, de moments plus difficiles… C’est alors que la  maison (et la famille qu’elle représente) devient l’un des piliers auxquels s’accrocher. 
L’impression laissée par un proche sur l’oreiller, la couverture laissée en désordre sur le divan, la vaisselle laissée dans la cuisine par quelqu’un qui a préparé une collation rapide, des jouets d'enfant ça et là… Voici quelques  preuves de la vie dans une maison.
La vie, nous dit le professeur Cortella, est composée de vibrations, de changements et de beaucoup de désordre!
Désirer nettoyer et réorganiser notre maison de manière obsessionnelle est le symptôme d’une société qui veut couvrir tous les défauts, qui n’admet plus la beauté de l’exception et de l’imperfection, selon lui.
Et il n’a probablement pas tort…