About Me

header ads

Une réfugiée syrienne de 9 ans se suicide parce qu'elle était intimidée à l'école

On tient sans doute l'histoire la plus triste de la journée et elle nous vient d'Alberta où une réfugiée syrienne de 9 ans s'est suicidée parce qu'elle se faisait intimider à l'école. Ses parents sont sous le choc et ne s'attendaient pas à une chose pareille.
C'est la chaîne de télévision Global News qui rapporte cette nouvelle qui risque tout simplement de bouleverser la majeure partie d'entre vous, surtout celles et ceux qui sont parents tant il s'agit d'une histoire qui aurait pu arriver à n'importe quel enfant ou presque. En effet, dans la ville de Calgary, Amal Alshteiwi, une réfugiée syrienne de 9 ans, s'est suicidée parce qu'elle était intimidée à l'école. Si ce n'est pas la première fois qu'une enfant qui se fait intimider à l'école met fin à ses jours, la jeune Amal se faisait intimider parce qu'elle était étrangère et qu'elle avait une religion différente de ses camarades de classe. Une véritable honte, mais qui met en relief les problèmes d'acceptation de l'autre qui règnent dans notre société.
Global News explique que la famille d'Amal Alshteiwi est arrivée il y a trois ans au Canada. Ils voulaient fuir la Syrie parce qu'ils n'étaient pas du tout en sécurité. Ils pensaient qu'en venant au Canada, ils étaient à l'abri de la violence, mais c'est finalement ici que la pire tragédie de leur vie s'est déroulée. La petite Amal avait déjà prévenu ses parents qu'elle se faisait intimider quotidiennement par d'autres enfants de son école, elle leur avait notamment raconté que certains lui disaient "qu'elle était moche et qu'elle ferait mieux de se suicider". Malheureusement, il faut croire qu'Amal les a écouté. 
Ses parents lui avaient même fait changer d'école pour éviter que ce genre d'actions se reproduisent, raconte Global News, mais malheureusement peu importe où elle allait, ce genre de chose se produisait. Il fallait donc se faire une raison et accepter cette intimidation quotidienne. Ses parents lui avaient dit de faire abstraction de tout ça, mais il faut croire que la pression était trop forte sur les épaules de cette jeune fille de 9 ans. Toutes nos pensées vont avec sa famille.