About Me

header ads

Un chauffeur de bus refuse qu'une femme monte à bord parce qu'elle porte une jupe

Décidément en 2019, l'absurdité n'a plus aucune limite comme l'illustre cette histoire qui nous vient de Paris où une jeune femme d'une vingtaine d'années s'est vu refuser l'entrée dans un bus par le chauffeur sous prétexte que sa robe était trop courte. Oui, vous avez bien lu.
C'est Le Parisien qui rapporte cette nouvelle dont on ne sait pas si on doit en rire ou en pleurer tant il s'agit d'une histoire à laquelle on a été que trop rarement confronté. En effet, dans le 19e arrondissement de Paris, Élise Bencheikh, 29 ans, a vécu une terrible mésaventure cette semaine: un chauffeur de bus lui a refusé l'accès à son véhicule en raison de sa jupe qu'il a jugé trop court. Face à l'incompréhension d'une telle situation, la jeune femme lui a demandé des explications. Il lui a simplement répondu de manière limpide: « Tu n'as qu'à bien t'habiller », relate le quotidien.
Comme vous venez de le comprendre, il y a donc un homme employé par l'État qui a refusé l'accès au transport en commun à une jeune femme en raison de sa tenue qu'il a jugé inappropriée pour prendre le bus. Pourtant, elle était en règle et avait un titre de transport valide. Sur quels critères se baisaient-ils ? Difficile à dire exactement, même si la raison semble vite émergée. En effet, Le Parisien explique que la jupe d'Élise était un peu trop courte selon lui. Il s'agit donc d'un jugement de valeur qui est difficile à soutenir parce qu'il ne se base sur aucun règlement de la RATP.
Le Parisien explique que le père d'Élise, Kamel Bencheikh, a été complètement scandalisé par cette histoire. Selon lui, il s'agit d'un chauffeur musulman un peu trop radical qui ne supporte pas de voir une femme épanouie. Une théorie qui lui a valu les foudres de Facebook qui a censuré l'une de ses deux publications à ce sujet. Il faut dire qu'il s'agit d'un sujet délicat, mais Kamel n'en démord pas, il veut que sa fille obtienne justice pour le préjudice qu'elle a subi.
D'ailleurs, son message a été entendu puisque la RATP a annoncé qu'elle allait interroger le chauffeur en question sur ce qu'il s'est véritablement passé ce soir-là. Une chose est certaine, Kamel Bencheikh ne voudra pas en rester là. Pour lui, le chauffeur doit être sanctionné par son employeur, mais pour le moment, il n'y a aucune certitude à ce sujet. Il s'agit donc d'une affaire à suivre.